[Le Musée chez Vous]

Conformément aux directives gouvernementales de lutte contre la propagation du virus Covid-19, les Musées de la Ville de Troyes (musée Saint-Loup et Musée de Vauluisant) sont fermés jusqu’au mardi 1er décembre inclus.

Pendant cette période de fermeture exceptionnelle des musées, comme au printemps dernier, nous publions sur Facebook, tous les jours à 12h30, une photo, un article ou un lien sur une œuvre, un artiste, une collection… pour que l’art vienne jusque chez vous !

Ne manquez pas ce rendez-vous quotidien…

https://www.facebook.com/MuseesDeTroyes/

Retour sur… « Les musées en noir et blanc »

La semaine dernière, nous avons remonté le temps et publié une carte postale, une photographie, un document inédit en guise de petite dose culturelle quotidienne…

  • Le musée des Beaux-Arts
    [Musée Saint-Loup]

Sur cette carte postale de 1935, vous découvrez les galeries de peintures et la quantité impressionnante de tableaux exposés sur les murs, du sol au plafond ! On y reconnait notamment les grands formats de « l’Histoire des Dieux » et « l’Histoire de Clovis » peints par Natoire et on y voit un copiste en plein travail. Une tradition qui se perpétue aujourd’hui avec les élèves de l’Ecole municipale des Beaux-arts.

  • Le Musée d’Art champenois
    [Musée de Vauluisant]

L’exposition de sculpture de 1953, Les trésors d’art de l’école troyenne, est la première exposition sur la sculpture champenoise. Cette grande exposition regroupant 69 œuvres du 16e siècle a été organisée par Marguerite Dubuisson, conservatrice des musées de Troyes de 1948 à 1974. Les œuvres proviennent de 40 églises auboises et certaines ont été prêtées par des musées tels que le Louvre.
Nous pouvons reconnaître sur la photographie, en bas à gauche, le buste reliquaire de Saint Florentin habituellement exposé à l’Apothicairerie…

  • L’Apothicairerie de l’Hôtel-Dieu-le-Comte

Sur cette carte postale de la seconde moitié du 19e siècle, on voit la grande salle qui n’a pas bougé depuis 1725 ! Encore aujourd’hui, on y admire les boiseries d’époque Louis XV qui présentent les collections de boîtes et de faïences respectivement classées monument historique en 1958 et 1984. Le bâtiment avait été déjà classé en 1964. En 1975, le centre hospitalier de Troyes, alors propriétaire, transfère la gestion des collections à la ville de Troyes avec l’objectif d’en faire un musée.
Fermée depuis l’été 2018 dans le cadre de la rénovation de l’Hôtel-Dieu en vue de l’installation de la Cité du vitrail par le Département de l’Aube sa réouverture est prévue courant 2021.

  • Le musée de la Bonneterie
    [Musée de Vauluisant]

En 1909 a lieu la première Fête de la bonneterie à Troyes ! Cette fête populaire était le rendez-vous incontournable de Troyes. Plus de 30 000 spectateurs certaines années !
Celle de 1909 est de loin la plus spectaculaire : cavalcades, chars décorés, élection de la Reine de la bonneterie… cette fête est symbolique et pleine de sens pour les Troyens. Nombre d’entre eux vivent grâce à la bonneterie, cet événement permet de faire rayonner leurs savoir-faire et de les rendre fière de ce qu’ils accomplissent chaque jour. Cette année là, c’est la jeune et belle Renée Kuntz qui remporte le titre. Une sorte d’Election Miss France avant l’heure ! En 2011, ses souvenirs sont vendus aux enchères et le musée de la Bonneterie acquiert sa couronne, son éventail ainsi qu’un ensemble de souvenirs (photos, cartes postales, poèmes adressés à la Reine de la bonneterie).
Troyes était, à cette époque, la capitale des bas, chaussettes, maillots et culottes entre autres. Le musée expose de nombreux métiers en bois, machines et articles fabriqués des 19e et 20e siècles.Des expositions y sont organisées dont la dernière en date est consacrée à la maison Doré Doré et à son histoire si remarquable.

  • Le musée d’Art moderne

Avant d’être le musée que nous connaissons, ouvert en 1982 à la suite de la donation Lévy, cet édifice était la résidence des évêques de Troyes depuis le 12e siècle. Résidence de l’épiscopat Henri de Carinthie au milieu du Moyen-âge, ce monument a connu plusieurs transformations. Chacun des occupants a modifié cet édifice au gré de ses envies. Par exemple, Monseigneur Malier (1518-1528) a réalisé plusieurs travaux d’agrandissement et de modernisation. Le grand escalier d’honneur a été créé à la suite des demandes de cet évêque ainsi que le jardin.
Le palais épiscopal, constitué d’un corps central du 16e siècle reconnaissable au damier champenois présent sur sa façade et d’une aile aux lignes classiques du 17e siècle, en fond de cour, va abriter l’évêché jusqu’en 1905, date de la loi de séparation de l’Eglise et l’Etat.

  • Le muséum d’Histoire naturelle

Sur cette vue de 1910, cerf, faon, biche, bois, souris… tous ces animaux naturalisés étaient déjà surveillés par un gardien. Avez-vous remarqué ? Un chien est situé au pied de la vitrine… D’après vous, est-il vivant ou fait-il partie des spécimens exposés au musée ? Il s’agit bien d’un chien naturalisé ! Nous pourrions croire que c’est le chien du gardien, mais non ! Ce chien est un épagneul, donné au musée avant 1904.
Le muséum regroupe une multitude d’animaux naturalisés grâce à différents paléontologues ou botanistes (Leymerie, Des Étangs, Clément-Mullet, Briard, Cartereau, Drouët, Ray, Cotteau, Hariot…). Ces personnes ont participé activement au développement de ce musée, permettant la transmission et le développement de la connaissance scientifique. Vous pourrez retrouver tous nos collections d’animaux lors de la réouverture des musées !

Le mercredi, c’est le jour des enfants !

Des activités artistiques (jeux, coloriages, mémo animalier…) sont proposées aux artistes en herbe

En + : Sur le site, retrouvez toutes les activités proposées aux enfants par collections : https://www.musees-troyes.com/accueil-scolaires/

A toi de mener l’enquête !

Un tableau a été volé au Musée des Beaux-Arts de Troyes : L’homme au luth attribué à Pierre Paul Rubens ! Aidez notre gardien à retrouver le voleur !

Ce tableau attribué à Rubens date de 1610-1615. C’est une huile sur toile de 113 x 85,2 cm qui a longtemps été attribué au peintre espagnol Vélasquez avec pour titre Hidalgo jouant de la guitare. C’est à l’issue de la grande exposition consacrée à Rubens que cette œuvre est attribuée au maître. C’est un des chefs-d’œuvre du musée des Beaux-Arts de Troyes !
Sais-tu que le luth est l’un des instruments à cordes pincées le plus prisés aux 16e et 17e siècles. Il est d’origine orientale et a une caisse en forme de poire et son dos est formé de côtes. Le cheviller est placé perpendiculairement au manche.

Mais aussi, partez à la découverte des collections des musées de Troyes…

Et tenez-vous informés de l’actualité de la Ville de Troyes.

  • L’instant musée avec notamment une présentation des collections du musée des Beaux-Arts (Saint-Loup) par Thomas Morel, conservateur des collections d’art ancien (Réalisation : Ville de Troyes, Benjamin C)

L'INSTANT… MUSÉES 🎥🖼 Découvrez nos œuvres…

L'INSTANT… MUSÉES 🎥🖼 ➡️ Thomas vous présente des œuvres du Musée des Beaux-ArtsDurant le confinement, les œuvres des Musées de Troyes viennent à vous.—#linstant #museesdetroyes #troyes—📸 Benjamin C.

Publiée par Ville de Troyes sur Vendredi 24 avril 2020


Clin d’oeil ! Le tableau de J.-N. Paillot de Montabert, Diane et Endymion, nous permet de vous rappeler les gestes barrières à appliquer durant cette période de confinement.    

Inscrivez-vous à notre newsletter dès maintenant !