Vous êtes ici :

La technique et les machines

  Voir l'image en grand

Métier rectiligne à bâti bois, 18e siècle

Le parcours muséographique, après un résumé sur l’histoire du tricot fait main, déroule le fil de l’histoire de la bonneterie ou tricot mécanique : invention du métier « à faire bas » par l’anglais William Lee, création de la première manufacture française voulue par Colbert au château de Madrid dans le bois de Boulogne près de Paris et enfin l’implantation auboise : Arcis-sur-Aube d’abord, puis Troyes avec la manufacture de la Trinité.

L’aventure technique, artisanale puis industrielle, se déploie par le biais des métiers, objets divers et documents. Là, se révèle la richesse des collections du musée : métier de bois du 18e siècle – pièce unique issue de la première manufacture troyenne, métiers français à bâti bois de conception William Lee fabriqués localement… ainsi commence la longue citation des constructeurs aubois : Poron, Linard, Poivret, Gillet, Jacquin, Buxtorf, Dupré, Desgageux, Lebocey qui firent de Troyes la capitale de la bonneterie. Métiers rectilignes, tricoteuses, métiers circulaires, accessoires se succèdent marquant des étapes essentielles dans cette riche histoire.

Voir l'image en grand

Métier Cotton, entre 1870 et 1875

Diminuer la taille de la police (x-small).Augmenter la taille de la police (medium).Les contrastes sont augmentés par une inversion des couleurs. Supprimer l'ensemble de la personnalisationAjouter aux favoris

Voir l'image en grand