Vous êtes ici :

La météorite martienne de Chassigny

Un prêt exceptionnel

A l’occasion de l’exposition,le Musée d’Art et d’Histoire de Langres a accepté de prêter un morceau de la météorite martienne dite de Chassigny.

Cette météorite est tombée il y a 200 ans, le 3 octobre 1815. C’est le premier fragment de Mars dont la chute sur Terre ait été observée.

Les météorites identifiées comme provenant de Mars sont très rares. Il s’agit donc d’une pièce exceptionnelle. Aucune sonde n’étant jamais revenue de Mars, les météorites sont les seuls échantillons de sol martien dont nous disposons à ce jour.

Tombée dans un fracas épouvantable à quelques centaines de mètres d’un villageois qui travaillait dans les vignes du côté de Chassigny près de Langres, la météorite de Chassigny (Haute-Marne) a immédiatement été identifiée comme une pierre d’origine extra-terrestre. Mais ce n’est que plus d’un siècle et demi plus tard qu’elle a été reconnue comme un fragment de la planète Mars.

Comme un grand nombre d’autres météorites d’origine martienne, cette roche a été formée plus de 3 milliards d’années après les débuts du Système solaire. Cet âge « récent » a été la première indication de l’origine martienne probable de Chassigny et des roches appariées, arrivées sur Terre après un périple de 11 millions d’années dans l’espace interplanétaire. L’origine martienne de ces roches a été confirmée par la découverte de gaz piégés dans l’une d’elles, gaz qui ressemblent fortement à ceux analysés par la sonde Viking dans l’atmosphère de Mars.

Avec les rovers tels que Curiosity, qui font de la géologie in situ à la surface de Mars, les météorites martiennes sont notre principale source d’informations sur les processus de formation et d’évolution de la planète Mars. Quoique Mars soit plus petite que la Terre, les deux planètes étaient probablement très semblables en surface il y a 4 milliards d’années, au moment où la vie apparaissait sur Terre.

Grâce aux météorites, nous possédons de Mars, des fragments de roches plus anciens que tous ceux qui sont maintenant connus à la surface de la Terre. Venant compléter les images et analyses envoyées par les rovers qui circulent à la surface de Mars, l’étude des météorites martiennes est donc l’une des pistes les plus importantes pour comprendre l’origine de la vie sur la Terre.

Source : Muséum national d’Histoire naturelle
Météorite de Chassigny, Musée d'Art et d'Histoire de Langres
Photo : S. Riandet, Ville de Langres

Diminuer la taille de la police (xx-small).Augmenter la taille de la police (small).Augmenter les contrastes en inversant les couleurs. Supprimer l'ensemble de la personnalisationAjouter aux favoris

Voir l'image en grand