L'exposition

En participant à la prise de Rome au mois de juillet 390 avant notre ère, les Sénons, peuple celte originaire du Centre-Est de la Gaule, font une entrée fracassante dans l’Histoire.

Par cette action hautement politique et symbolique, ils se font connaître des grandes civilisations méditerranéennes qui, jusqu’alors, n’avaient qu’une idée imprécise de l’existence de ces communautés guerrières qui peuplaient l’ensemble de l’Europe transalpine. Jamais la puissance naissante de Rome n’avait été autant menacée que durant ces décennies des 4e et 3e siècles avant notre ère qui voient l’installation de ces peuples « barbares » dans la plaine du Pô et le long de la côte Adriatique, entre Pesaro et la région située immédiatement en deçà du fleuve Esino.

L’archéologie, grâce aux découvertes faites en Europe et plus particulièrement en Italie depuis le 19e siècle, a permis d’identifier plus précisément ces populations à travers les vestiges de leurs habitats, de leurs cimetières et de leur culture matérielle.
A partir des vestiges mobiliers et immobiliers patiemment et scientifiquement exhumés, l’archéologie nous fait découvrir les différents aspects de la vie quotidienne de ces farouches guerriers qui ont ébranlé pendant un temps, la première puissance de l’Occident. Elle nous invite également, à travers l’évocation haute en couleur de leurs croyances religieuses et de leurs pratiques funéraires, à porter un regard nouveau sur ces civilisations celtiques qui ont fait l’Europe et façonné de manière durable les paysages dans lesquels nous vivons aujourd’hui.

A l’orée du 21e siècle, cette exposition labellisée d’intérêt national par le ministère de la culture ainsi que dans la cadre de l’Année européenne du patrimoine fait, pour la première fois, le point de nos connaissances sur ce peuple Sénon dont le nom restera définitivement attaché à la conquête de l’Italie du Nord et à la prise de Rome.

 

Le territoire sénon, qui s’étend globalement de Melun à Auxerre et d’Etampes / Montargis à Troyes, a fait l’objet de très nombreuses découvertes archéologiques depuis le 19e siècle, entre les années 1960 et 1980, puis depuis les années 1989-1990 et les fouilles de l’emprise de la future autoroute A5.

Le rythme de ces découvertes, dont certaines sont exceptionnelles (Gurgy, Charmoy, Batilly-en-Gâtinais, tout récemment Lavau), s’est grandement accéléré depuis ces deux dernières décennies grâce au développement sans précédent de l’archéologie de sauvetage. En grande partie inédites, et riches d’un fort potentiel scientifique, ces fouilles constitueront l’axe autour duquel s’organisera la muséographie de l’exposition.

Elle se tient simultanément à Sens et à Troyes et met en lumière la richesse et la diversité des découvertes réalisées dans l’ensemble de cette vaste région. L’exposition emmène les visiteurs sur les traces d’une civilisation que l’on croit connaître mais qui, en réalité, ne se dévoile que progressivement à nous grâce aux fouilles archéologiques et à un retour critique aux sources littéraires antiques. Elle permet de mieux comprendre qui étaient « nos ancêtres les Gaulois » en général, et les Sénons en particulier.

A travers l’évocation de plus d’une trentaine de thèmes complémentaires répartis entre les deux musées partenaires (agriculture, rites funéraires, guerres, systèmes politiques, commerce et échanges...), le public découvre les dernières découvertes et les dernières interprétations tirées d’une analyse précise et fine des sources historiques et archéologiques. Chacun de ces thèmes met en valeur un aspect particulier de la vie quotidienne des Sénons, entre le début du 4e siècle (entrée des Sénons dans l’histoire, avec la prise de Rome en 390 avant J.-C.) et la fin du 1er siècle avant notre ère (fin de l’indépendance de la Gaule).

Des maquettes et de nombreux dessins réalisés à partir des données archéologiques viennent enrichir le parcours et donnent une vision complète et renouvelée d’un peuple majeur de la construction européenne.

Cette exposition, qui retrace de façon exhaustive l’histoire du peuple sénon, permet à un large public de se familiariser avec lui. Durant les six mois d’ouverture, les plus jeunes, inspirés par la richesse des objets présentés et la variété des thèmes abordés, peuvent s’initier à un large pan méconnu de leur histoire nationale au cours d’un ou de plusieurs ateliers pédagogiques.

Diminuer la taille de la police (medium).Augmenter la taille de la police ().Augmenter les contrastes en inversant les couleurs. Supprimer l'ensemble de la personnalisationAjouter aux favoris

Voir l'image en grand