Vous êtes ici :

Zoom sur...

Les haches néolithiques de Sivrey

Voir l'image en grand

Ces haches  taillées, puis polies, dans la jadéite et la serpentinite des Alpes forment le dépôt d’Auxon (Aube), découvert, en 1925, par M. Hugot-Herluison, au Pré Carré près du hameau de Sivrey.

Don de M. et Mme Charles Raymond, par l’intermédiaire de l’association des Amis des musées d’Art et d’Histoire, 1987

Ces quatre haches forment un dépôt volontairement enfoui dans le sol. L’une est usagée ; les trois autres, partiellement polies, n’ont jamais servi en tant qu’outils. Toutes ont été sur-polies jusqu’à présenter des surfaces brillantes, ce que permettent les roches rares dont elles sont faites, caractéristiques des Alpes internes du Nord, plus spécialement du bas Val d’Aoste et de Biella en Italie. Elles sont en usage du milieu à la fin du 5e millénaire avant notre ère. De telles haches se sont répandues, depuis Chambéry, la Saône et le Rhin, dans toute l’Europe du Nord, jusqu’en Ecosse. C’est un symbole culturel des inégalités sociales qui se développent dès les débuts du Néolithique, réservant certains biens de prestige à la fraction dirigeante de la population, qui les obtient au travers d’échanges cérémoniels, à plusieurs centaines de kilomètres de distance. La qualité de ces haches entraîne également l’ensemble des populations néolithiques à améliorer la taille des autres roches et du silex. Il était d’usage de les déposer dans les tombes ou, sous forme de dépôt comme à Auxon, de les ficher en terre pour marquer symboliquement le paysage.

Le chaudron de Buchères

Voir l'image en grand

Découvert à Buchères, non loin de Troyes, en 1806, ce chaudron de bronze, donné au musée en 1835 par MM de Noël père et fils, provient sans doute d’un enclos funéraire dont plusieurs dizaines ont été récemment reconnus lors des fouilles du parc logistique de l’Aube dans les années 1990.

Il appartenait au mobilier d’une tombe aristocratique des débuts du Premier Âge du Fer, dit époque de Hallstatt, vers 900 à 800 avant notre ère. Plusieurs exemplaires comparables, sinon identiques, ont été retrouvés de l’Oise à la Côte d’Or en passant par l’Yonne et l’Aube. IL s’agit d’objets de grand prestige, importés du Nord-Est de l’Adriatique, caractérisés par un type d’anse particulier, dit cruciforme. Les deux anses évitaient que le chaudron plein ne bascule sur le côté.

Le dépôt monétaire de Chaillouet

Voir l'image en grand

Les fouilles archéologiques préventives menées à Troyes sur le site des anciens abattoirs municipaux ont mis au jour, en 1994, dans les ruines de la domus dite de Chaillouet, un dépôt monétaire d’environ 186 000 monnaies gallo-romaines en bronze contenues dans une amphore. Par le nombre de pièces, c’est le trésor le plus important trouvé jusqu’à aujourd’hui.

Il est composé de petites pièces en bronze datant de la seconde moitié du 3e siècle après  J.C.  Ces monnaies sont pour la plupart des imitations de la monnaie officielle de l’époque (antoninien), frappées à l’effigie de l’empereur gaulois et usurpateur, Tétricus 1er. En quelque sorte une fausse-monnaie « officielle ».  186 000 pièces ! De quoi payer toute une armée. C’est d’ailleurs une des hypothèses qui est retenue : une banque mobile destinée à payer les légions romaines et située en retrait des zones de conflits telle la bataille de Châlons-en-Champagne opposant l’empereur légitime, Aurélien, au dissident Tétricus.  L’amphore, remplie de pièces, a été ensevelie volontairement lors de ces troubles qui poussent à cacher les biens les plus précieux dans le sol. Pourquoi celui-ci n’a-t-il pas  été récupéré par ses propriétaires une fois le danger écarté ? Ont-ils disparu en emportant le secret dans leur tombe ?  Les constructions successives n’ont pas dérangé la cachette. Même au 19e siècle lors de la construction des abattoirs, les fondations n’ont pas atteint l’amphore. Ce n’est qu’en 1994, lors de la démolition de ces abattoirs, que le trésor sortit de l’oubli où il était tombé.

Les vases grecs

Voir l'image en grand

Les vases grecs de la collection
du Musée des Beaux-Arts et d'Archéologie

Étude réalisée par Geoffrey Aigle,
sous la direction d’Arianna Esposito
et de Sabine Lefebvre, 
année 2014-2015

 

Voir l'image en grand

 

Diminuer la taille de la police (medium).Augmenter la taille de la police ().Augmenter les contrastes en inversant les couleurs. Supprimer l'ensemble de la personnalisationAjouter aux favoris

Voir l'image en grand