Vous êtes ici :

Origine du musée

La fondation au 12e siècle par le comte Henri Ier

Au milieu du 12e siècle, Henri Ier dit le Libéral, 9e comte de Champagne (1127-1181, comte à partir 1152), fonde sur un terrain jouxtant son palais, un nouvel hôpital nommé Hôtel-Dieu Saint-Etienne qui deviendra plus tard Hôtel-Dieu-le-Comte. A cette époque, à Troyes, plusieurs Hôtel-Dieu existent déjà, multiplication due en partie à la grande prospérité de la ville grâce aux Foires de Champagne.

La reconstruction au début du 18e siècle

A la fin du 17e siècle, les bâtiments de bois de l’Hôtel-Dieu-le-Comte menacent ruine. Entre 1701 et 1725, sa reconstruction complète est entreprise, sous l’impulsion de l’ancien évêque Bouthillier de Chavigny. C’est l’ensemble que nous pouvons admirer aujourd’hui.
La première pierre est posée en 1702 et les travaux s’échelonnant en plusieurs étapes, débutent par la construction du pavillon abritant l’apothicairerie, de 1702 à 1725 et se poursuivent entre périodes fastes et périodes creuses. En 1760, est posée la magnifique clôture de 13 mètres de haut et de 35 mètres de long qui ferme la cour d’honneur, face à la rue de la Cité, oeuvre du maître-serrurier parisien Pierre Delphin. La réalisation de l’ensemble s’achève en 1764.
Le nouvel hôpital, considéré en 1781 comme "l’un des plus beaux que l’on puisse voir en France si l’on a égard qu’à l’architecture et à la décoration de l’édifice", ne fait toutefois pas l’unanimité. Le coût des travaux a été énorme et dès la fin du 18e siècle, les bâtiments se révèlent insuffisants.

Les hommes… religieux, médecins, malades 

A l’origine, au 12e siècle, l’Hôtel-Dieu sert d’asile aux pauvres de passage, aux malades, aux femmes en couche. Au 16e siècle s’ajoutent les enfant trouvés et les incurables, puis au 18e siècle, les soldats malades ou blessés, les prisonniers de guerre et les nouveau-nés abandonnés. L’Hôtel-Dieu est administré dès sa création par des religieux et des religieuses de l’ordre de Saint-Augustin, comme la plupart des hôpitaux de la ville. A partir du 16e siècle, l’administration des hôpitaux de Troyes se laïcise progressivement. L’Hôtel-Dieu-le-Comte est alors géré par des notables bourgeois. Au 18e siècle, les religieux ne sont plus que des infirmiers. Les médecins n’apparaissent qu’au 16e siècle, après les barbiers-chirurgiens. Une école de chirurgie s’ouvre à Troyes en 1765. Toutefois, ce n’est qu’en 1875 qu’un service chirurgical est établi à l’Hôtel-Dieu.

 

Cette apothicairerie d’hôpital a servi de pharmacie jusqu’en 1962. Ouverte au public depuis 1976, elle se compose de la « grande salle », pièce où les produits et plantes destinés à l’élaboration des remèdes étaient conservés et du « laboratoire », pièce attenante où les médicaments étaient préparés.

La grande salle

Elle a pu être conservée telle qu'elle se présentait à l'époque de son installation au début du 18e siècle. Cette vaste pièce presque carrée, d'environ 8 mètres de côté et de près de 5 mètres de hauteur, a ses quatre murs entièrement recouverts de dix étages de rayonnages où sont disposées boîtes et faïences médicinales.

La salle et les collections qu’elle abrite ont fait l’objet d’un triple classement par les Monuments Historiques : en 1958 pour les boîtes médicinales en bois peint, en 1964, pour la salle et ses boiseries et en 1984 pour la collection de faïences médicinales anciennes.

Les boiseries en chêne, datant de l'aménagement de la pharmacie entre 1704 et 1724, de style Louis XIV, sont chargées de boîtes et de faïences qui étaient remplies d’ingrédients. La monumentale échelle roulante, montée sur galets de cuivre, permet d'accéder aux rayonnages élevés. Dans cette pièce accessible uniquement à la sœur apothicaire et à ses aides, étaient conservés tous les ingrédients nécessaires à l’élaboration des remèdes, baumes, tisanes, qui étaient préparés dans la pièce voisine, appelée « laboratoire ».

  Voir l'image en grand

Diminuer la taille de la police (x-small).Augmenter la taille de la police (medium).Augmenter les contrastes en inversant les couleurs. La mise en forme courante correspond à celle par défaut.Ajouter aux favoris

Voir l'image en grand