Vous êtes ici :

Exposition en cours

 

 

Ça bouge au musée des Beaux-Arts !

EXPOSITION PROLONGEE
JUSQU'EN AOUT 2017


Un parcours en raccourci de l’art européen du Moyen Âge au 19e siècle s’installe au rez-de-chaussée du musée.

Le musée des Beaux-Arts et d’Archéologie (musée Saint-Loup) a entamé la réfection des galeries de peinture afin de repenser totalement leur scénographie et ce, dans le cadre d’un plus large projet de rénovation des musées engagé par la Ville de Troyes.

Un PARCOURS EN RACCOURCI de l’art européen du Moyen Âge au 19e siècle s’installe au rez-de-chaussée du musée, pendant les travaux de rénovation des galeries de peintures à l’étage.

C’est une déambulation chrono-thématique, à travers un choix de peintures, contraint par l’espace excluant les très grands formats comme l’immense Champaigne, avec pour objectifs de :

- VOIR beaucoup d’oeuvres dans un accrochage volontairement serré,
- COMPRENDRE la peinture ancienne, par des cartels développés et un parcours simple,
- APPRECIER les oeuvres sous un éclairage renouvelé et une proximité d’accrochage.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Une introduction, en quelques tableaux choisis, raconte l’histoire de la constitution de la collection de peintures à partir de la Révolution française. Aujourd’hui, par le croisement de générosités passées, cette collection permet de parcourir l’art pictural en Europe, du Moyen Âge au 19e siècle.

Le Moyen Âge se révèle dans deux petites peintures précieuses à fonds d’or témoignant du renouveau de la peinture, d’abordenItalie, au Trecento, avec GIOTTO, puis dans les Flandres, au début du 15e siècle, avec MALOUEL, peintre officiel de la Cour de Bourgogne.
L’esprit gothique se prolonge en pleine Renaissance avec les Vierges nordiques de METSYS ou Van CLEVE.

La Renaissance, moment privilégié de l’Art en Europe, s’exprime pleinement dans la somptueuse Cène de VASARI et dans la Vénus et l’Amour de SPRANGER, grand maître du maniérisme international.

Le 17e siècle tout comme le 18e siècle, richement représentés dans les collections troyennes, seront à l’étroit ici. Cependant, la sélection permet d’en saisir les temps forts et d’admirer au plus près certaines de leurs oeuvres phares.

Le 17e siècle, au temps de Louis XIII, voit descendre le chef-d’oeuvre de Lubin BAUGIN, L’Enfance de Jupiter, à côté du Saint Paul de CHAMPAIGNE, des natures mortes de Damien LHOMME, BAUDESSON ou PICART, des portraits nordiques tel le magnifique Homme au luth attribué à RUBENS ou le délicat Portrait de femme de Van DYCK, de la Vanité de BIJLERT, des peintures des troyens Jean BOULANGER ou Jacques de LETIN.
Le règne de Louis XIV met l’accent sur les peintres troyens : Pierre et Nicolas MIGNARD, acteurs incontournables de la métamorphose de Versailles.

Le 18e siècle, c’est l’éclosion du style rocaille avec le magistral ensemble de NATOIRE au château de La Chapelle-Godefroy, mais aussi l’art délicat d’un WATTEAU, les rondeurs des putti de François BOUCHER, la fougue d’un FRAGONARD, l’innocence de l’enfance chez GREUZE ou une certaine vision du paysage annonciateur du Romantisme chez VERNET et l’italien BELLOTTO.

Enfin c’est aussi, dans un deuxième temps, le retour à l’Antique et les rigueurs du Néoclassicisme avec DAVID (Antoinette Gabrielle Charpentier, épouse de Danton) et ses successeurs jusqu’au début du 19e siècle.

 

Visites guidées thématiques, visite guidée des chefs-d'oeuvre par la conservatrice, ateliers, fiches-jeux sont au programme de cette exposition.

Diminuer la taille de la police (x-small).Augmenter la taille de la police (medium).Augmenter les contrastes en inversant les couleurs. La mise en forme courante correspond à celle par défaut.Ajouter aux favoris

Voir l'image en grand